Thème de la semaine 48: chakra du coeur ANAHATA

Ouverture, équilibrage et/ou guérison du chakra du cœur Anahata par des postures d’expansion de la poitrine, d’ouverture et de renforcement des épaules.

La petite théorie : situé au centre de la poitrine, relié au thymus dans le système endocrinien, associé à l’élément air, représenté par un lotus à 12 pétales, il est le centre de l’Amour inconditionnel et la compassion. Situé au milieu des 7 chakras, il est le lien entre notre énergie extériorisée (en relation avec le monde externe), et notre énergie intériorisée (en relation avec le monde interne). C’est un des points de rencontre entre l’énergie et la conscience. Lorsque la pulsion créative et nourricière de la vie émergeant de Terre Mère est reçue au premier chakra muladhara pour passer ensuite au deuxième svadisthana les émotions sont libérée et apaisée, permettant la circulation de l’énergie vers le troisième manipura qui sera alors réceptif à la sagesse permettant à l’individu une relation juste avec le monde dans son ensemble, prêt à passer dans le cœur anahata et s’ouvrir à donner autant qu’à recevoir l’amour, l’attention, la bienveillance, la compassion de façon équilibrée et dénuée d’ego. Pas concerné par l’amour sentimental, l’énergie du chakra du cœur est directement reliée par l’Amour spirituel, celui que l’on porte de façon inconditionnelle vers la Création telle qu’elle est, avec ses défauts, ses splendeurs, ses forces et ses faiblesses. Il est le portail vers la conscience supérieure. C’est aussi le réceptacle de l’Amour divin qui nous parvient lorsque le chakra couronne est ouvert, en connexion avec notre âme et intuition, louant Amour et Vérité, loin des illusions de l’ego et du monde matériel.

ANAHATA et la santé physique : le cœur physique fait partie du système circulatoire ; il transporte l’eau, les aliments, l’oxygène et les autres formes de prana, élimine les déchets à travers les reins, le foie, et les poumons. Il est donc une composante importante du système immunitaire. Beaucoup de gens souffrent de maladies cardiaques. Il va de soi aujourd’hui que ces problèmes sont directement reliés à l’état psychique de la personne. Par exemple, lorsque l’on confond sexualité et amour, lorsqu’on ne sent pas l’Amour, lorsque l’on se laisse envahir par le sentiment d’abandon, etc. cela crée un stress au niveau de l’énergie de ce chakra qui se traduira par des troubles physiques dans la région du cœur.

 

ANAHATA et la santé émotionnelle : on confond trop souvent l’amour que l’on porte à notre partenaire, famille, et même à nos enfants avec l’Amour véritablement inconditionnel. L’amour que l’on porte à un membre de la famille est généralement conditionnel du fait qu’il nous « appartient » ; il en découle un état de possessivité pouvant aller jusqu’à la jalousie, le contrôle, le stress, etc. Si tel n’était pas le cas, l’on aurait une attitude plus détachée…  beaucoup plus juste pour chacun.

Retenons que l’on est entier soi-même et n’avons besoin de personne pour l’être. Pour donner, mieux vaut avoir et même être rempli de ce que l’on donne : on peut « déborder » d’amour que lorsque notre coupe en est pleine. Commençons donc toujours par se donner de l’amour à soi-même : cessons de nous juger nous-même, voyons-nous parfaitement digne d’Amour ! arrêtons de culpabiliser de ce que nous sommes ou ne sommes pas, pardonnons-nous nous-même, et avançons chaque jour avec le cœur ouvert à l’abondance qui n’attend que cela pour se déverser. 

Veillons à nos pensées d’amour envers tous et toutes et nourrissons la joie de vivre. Relié au sens du toucher, l’amour s’exprime à travers les mains ; le « hug » (accolade, câlin en français) pour dire bonjour, pour consoler est à user sans modération ! 

A bientôt pour une pratique bienveillante, dans l’accueil de ce que « Je Suis, Tel(le) que Je Suis ».

Ma Sama

989741